« Nous voulons que la jeunesse lise à nouveau Christa Wolf » : quelques réflexions sur le livre “Über Christa Wolf”  de Clemens Meyer.

Ce livre consacré à l’oeuvre de Christa Wolf est récemment paru en 2023 aux Éditions Kiepenheuer & Witsch à Cologne. L’ouvrage de 110 pages peut se lire comme un roman, une sorte de roadtrip qui est paru dans la collection « Bücher meines Lebens » (livres de ma vie ) dirigée par le journaliste Volker Weidermann.

Son auteur Clemens Meyer est né en 1977 et vit à Leipzig. Après le bac, il travailla sur les chantiers, puis étudia la littérature à l’Institut de littérature de Leipzig. Il est l’auteur de plusieurs romans « Als wir träumten / Lorsque nous rêvions » (2006), « Die Nacht der Lichter / La nuit des lumières; Stories (2008), « Im Stein / Dans la pierre» 2013 ou le recueil de nouvelles « Die stillen Trabanten / Les trabants tranquilles » paru en 2017.

Comme Volker Weidermann l’indique dans sa préface, ce livre est un dialogue intérieur de l’auteur avec un buste en bronze de Christa Wolf, qui se dresse sur le rebord de la fenêtre de son appartement. Clemens Meyer s’adresse à la statue et lui parle. Ce dialogue le plonge dans diverses réflexions. Ainsi, le texte de son ouvrage se divise en trois parties : la première portant sur le passé de la littérature en RDA, la seconde sur la présence du passé allemand et la troisième propose des perspectives d’avenir quant à l’oeuvre de Christa Wolf et à la littérature allemande. Nous allons évoquer les notions principales de ces trois parties dans notre propos.

La première partie allant de la page 11 à 68 s’intitule « O DU FALADA, DA DU HANGEST ». Ce titre est un peu spécifique. “O du Falada, da du hangest!” est le titre d’un poème de Bertolt Brecht, écrit en 1931. Le titre du poème fait référence au conte de fées “Die Gänsemagd” (La Fille aux oies) recueilli par les frères Grimm, dans lequel un cheval parlant nommé Falada est tué et sa tête est suspendue sous une porte. Le poème a également été mis en musique par Hans Eisler. On peut faire un parallèle entre la statue en bronze de Christa Wolf et le cheval, ce qui justifierait ce titre quelque peu orignal.

Dans les premières pages, Clemens Meyer se demande quelle photo a pu servir de modèle au concepteur de la statue, quel âge Christa Wolf pouvait t’elle alors avoir ? Pour renforcer ses réflexions, il cite l’ouvrage d’Anna Sehgers « Die Toten bleiben jung » / Les morts restent jeunes. Puis l’auteur relate qu’il a une photo de l’auteur Wolfgang Hilbig qui se trouve sur son bureau. Cet écrivain ouvrier tourneur fraiseur, est né en 1941 et est décédé en 2007. Il a composé son œuvre en rentrant de l’usine. Clemens Meyer affirme que Wolfgang Hilbig et Christa Wolf sont un peu aux antipodes l’un de l’autre : Hilbig recherche la forme parfaite, alors que Wolf est une essayiste et accorde son importance au contenu. Il qualifie Christa Wolf de visionnaire, de Seherin (page 16). Clemens Meyer cite un poème de Hilbig Das Ende der Jugend qui, – il l’affirme – doit préparer à la lecture du roman Trame d’enfance (Kindheitsmuster) de Christa Wolf sur le plan thématique de la réalité de la guerre. Il reproduit aussi un extrait d’une lettre de Christa Wolf à Wolfgang Hilbig où cette dernière évoque l’authenticité de son écriture (page 25).

En outre, le contexte ouvrier de Wolfgang Hilbig lui permet d’évoquer le roman « Le ciel partagé » de Christa Wolf, en rappelant que cette dernière a dirigé un cercle d’ouvriers écrivains au sein d’une usine, ayant nourrit l’écriture de son roman. Clemens Meyer lui-même, relate avoir emporté avec lui le roman Trame d’enfance lorsqu’il travaillait sur les chantiers peu après son baccalauréat. Meyer évoque la «Firma », c’est à dire la collaboration avec la stasi, le motif du rêve et du fascisme dans Trame d’enfance, l’épisode du 11e Plenum en 1965.

Cette première partie permet par ailleurs, d’évoquer des auteurs de RDA qui ont été un peu oubliés depuis l’époque du Tournant et de la Réunification.

Des auteurs incontournables sont cités comme Anna Seghers, Hans Mayer (qui furent comme le précise notre auteur, le professeur de Christa Wolf à l’université de Leipzig, chez qui elle écrira un mémoire sur Hans Fallada). Ce dernier publiera un ouvrage s’intitulant « La tour de Babel », dont Clemens Meyer cite le poème de même nom, émanant du poète Becher dans son ouvrage (voir page 38).

Clemens Meyer met également en avant d’autres auteurs comme Hermann Kant dans le contexte de Trame d’enfance, qui fut Président de l’Union des Écrivains et qui, comme il le précise, prit la défense de Christa Wolf dans le contexte de l’affaire Biermann. Lorsqu’il le cite, avec une pointe d’humour, Clemens Meyer fait remarquer qu’il ne s’agit pas de Immanuel Kant, le philosophe des Lumières. Il cite aussi Franz Fühmann (p. 39), qui – vers la fin de sa vie – avait la crainte d’avoir échoué en littérature.

Au sein de ses réflexions que lui inspire le buste de Christa Wolf, on retrouve aussi Wolf Biermann, qui a été extradé de RDA au retour d’un de ses concerts en 1976 et qui a dû rester en RFA. Clemens Meyer évoque ainsi d’une façon crue, les mots de remerciements de Biermann lors de son discours pour la remise de son prix Büchner. Il y aurait nommé le compositeur lyrique Sascha Anderson de façon quelque peu grossière. (voir page 48).

Ce qui en outre, paraît surprenant et intéressant c’est que l’auteur insère – dans le texte – une liste d’écrivains à destination des plus jeunes qui ne les connaissent pas. Il explique cette démarche en affirmant : « Nous voulons que la jeunesse lise à nouveau Christa Wolf ». Il y indique des informations bio bibliographiques. Les auteurs évoqués et listés sont Werner Heiduczek, Karl-Heinz Jakobs, Hermann Kant, Fritz Rudolf Fries, Erich Loest. Concernant Erich Loest, Clemens Meyer précise qu’il a été sept ans en prison pour rien. Nous apprenons aussi qu’après la parution en 1977 du roman « Es geht seinen Gang oder Mühen in unserer Ebene », Christa Wolf a envoyé une lettre à Loest, dans laquelle elle le félicite de reproduire la réalité vraie de la vie quotidienne des gens en RDA (voir page 64, 65).

Un autre livre de Loest est évoqué « Durch die Erde ein Riss, qui thématise le passé du nazisme et est qualifié de « Bericht » (reportage) (p 66).

Enfin Meyer s’est inspiré des textes de Christa Wolf et de son style (qui est souvent nommé le « Christa Wolf Sound ») pour ses propres livres comme par exemple Späte Ankunft ou son roman Im Stein (dont Christa Wolf avait écrit un texte de même nom). Tous ses éléments ont permis d’amorcer une réflexion sur le passé qui sera poursuivie dans la seconde partie.

La deuxième partie du livre (de la page 69 à 75) est sensiblement plus courte que la précédente. C’est une sorte de transition évoquant à la fois le présent et le passé qui ne veut pas passer comme l’évoque son titre : « Das Vergangene ist nicht tot » (le passé n’est pas mort).

La première phrase fait état d’une Eschütterung / un bouleversement au printemps 2022, il s’agit en fait de la guerre en Ukraine. L’évocation de cet évènement démontre que les réflexions sur l’oeuvre de Christa Wolf s’ancrent dans le monde actuel. Suite à cet événement, Clemens Meyer a entrepris une autre lecture du roman Trame d’enfance et de ses thématiques de guerre (Seconde Guerre Mondiale, Guerre au Chili). Puis diverses « voix » sont évoquées, celle d’un conte où une princesse veut couper la tête d’un cheval, des extraits de Trame d’enfance qui parlent de typhus, des souvenirs des grands mères de l’auteur en temps de guerre.

En outre, la troisième partie est axée vers l’avenir avec son titre « Enkel » = petits enfants. Ce chapitre semble donc s’adresser à la génération suivante, il est plus ample et s’étend de la page 76 à 99. L’auteur y évoque que sa mère qui l’emmenait parfois aux « Manifestations du lundi (manifestations pacifique chaque lundi dans les rues de Leipzig, avant la Réunification) ou que le 21 novembre 1989, Christa Wolf donna une leçon de poétique à l’Université de Leipzig. Elle fut invitée par le Professeur Walfried Hartinger, qui deviendra également le professeur de Clemens Meyer quelques années plus tard. Il lui a soumis des manuscrits, ils ont discuté de ses écrits. Dans ce chapitre, l’auteur se pose la question si la prose de Christa Wolf était présente durant les années 2000 et dresse une liste de séminaires littéraires qui pourraient être organisés à l’avenir sur l’oeuvre de Christa Wolf, notamment sur les thématiques comme Trame d’enfance, la guerre dans la littérature allemande après 1945, les traces de la littérature de la RDA, les possibilités d’un récit biographique sans un « je », la narration de l’Histoire contemporaine, les Leçons de poétique de Leipzig, l’Avant garde du réalisme socialiste en littérature. (voir page 87 et 88). Par ailleurs, l’auteur a une nouvelle fois dressé une liste d’auteurs pour les plus jeunes, accompagnée d’indications bio-bibliographiques. Les auteurs listés sont les suivants : Hans Mayer, les Girls (le terme est usité ainsi, cela donne une pointe d’humour, mais tout est conçu comme si le récit était un « Literatur Soap » (p. 92). Les Girls désignent Anna Seghers, Brigitte Reimann, Irmtraud Morgner, les Helga (Königsdorf, Schütz, Schubert, M. Novak sans oublier « le jeune ange » mentionné ironiquement « der junge Engel » Ronald M. Schernikau.

Enfin, Clemens Meyer évoque le spectre des néonazis de la NSU le 4 novembre 2011, dont Christa Wolf n’a pas pu mesurer l’ampleur du mouvement quelques temps avant sa mort en décembre de la même année. Mais, comme le souligne le narrateur, elle avait évoqué son bouleversement vis à vis des vagues néonazies dans son roman Ville des Anges.

En guise d’épilogue, Clemens Meyer cite un poème de Louis Fürnberg, qui s’intitule : « Wenn ich einmal heimgehe » / «Si une fois je rentre chez moi ».

Dans ce poème, Fürnberg évoque une nostalgie, un mal du pays et un sentiment d’étrangeté. Ces impressions se reflètent tout autant dans les œuvres de Christa Wolf que de celles de Clemens Meyer.

En outre, le livre contient une courte biographie de Christa Wolf et des indications sur les extraits de livres et d’auteurs cités dans le texte.

Au cours de ses réflexions et de son monologue avec le buste de bronze de Christa Wolf, l’auteur nous a fait réfléchir sur les notions d’utopie et de potentialité de la littérature. Il a aussi livré un récit subjectif de l’histoire et de la littérature est-allemande sur les traces de Christa Wolf. Ces pistes restent ouvertes pour l’avenir.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Martine Schnell (3 septembre 2023). « Nous voulons que la jeunesse lise à nouveau Christa Wolf » : quelques réflexions sur le livre “Über Christa Wolf”  de Clemens Meyer. Carnet Christa et Gerhard Wolf. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vntd


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search