Entre sciences humaines et médecine : échanges sur la psychosomatique.

La correspondance entre Christa Wolf et Hans Stoffels.

Christa Wolf a entrepris entre 1971 et 1974 une correspondance quelque peu inattendue et originale.1 Elle a répondu à un étudiant en médecine de Heidelberg. Celui-ci se prénomme Hans Stoffels et était âgé de 24 ans à l’époque. Il est aujourd’hui médecin psychiatre et psychothérapeute à Berlin. Il a dirigé un service dans une clinique avant d’être médecin en libéral.

Lorsqu’il a été étudiant à Heidelberg, en Allemagne de l’Ouest, il a écrit une lettre à Christa Wolf, en tant que lecteur de son roman Christa T., paru en 1969. Le manuscrit était achevé plus tôt, mais ne pouvait pas être édité en RDA pour cause de censure. Hans Stoffels a donc écrit à Christa Wolf, avec la fougue de ses jeunes années et la volonté de révolutionner la médecine. Il s’intéressait à la médecine psychosomatique, stipulant que toute affection, tout symptôme, a un lien avec l’esprit. Il s’en est suivi une conversation épistolaire de trois décennies sur le rapport entre la maladie et la santé, sur la responsabilité personnelle, les contraintes sociales et les “rigidités au lieu de la véritable intensité de vie”.

Lors d’une conférence digitale du « Literaturhaus de Berlin »2, Matthias Weichelt s’entretient avec Hans Stoffels en 2021 à propos de sa correspondance avec Christa Wolf, publié pour la première fois dans la revue “Sinn und Form” en 2020. Voici les axes principaux de cette entrevue, qui mettent en avant de nouvelles pistes de compréhension de l’oeuvre de Christa Wolf.

1) Un premier dialogue entre les sciences humaines et sociales et les sciences médicales

Dans quel contexte Hans Stoffels a-t-il rédigé la première lettre en 1971 ?

Les sciences humaines et sociales donnaient l’occasion utopique d’un changement au sein de la société, d’une nouvelle orientation, ce qui n’était pas possible en médecine, alors que les étudiants en sciences humaines pouvaient manifester dans la rue. C’est dans ce contexte que Hans Stoffels fréquenta les séminaires du professeur de médecine Wilhelm Kütemeyer (1904-1972), ayant pour thème : « Intégration de la médecine somatique et la psychologie ». Wilhelm Kütemeyer avait étudié les sciences sociales, devenant rédacteur et traducteur pour aboutir à la médecine et il fut un modèle pour Hans Stoffels. C’est en 1933 que Kütemeyer étudia la médecine à Fribourg.

2) Un autre dialogue : les deux premières lettres de Christa Wolf et Hans Stoffels

Sur la vidéo, les deux premières lettres de la correspondance sont lues.3

La première lettre de Hans Stoffels date de 7 mars 1971. Après la lecture du roman Christa T. l’étudiant souhaite partager ses impressions d’une lecture qui l’a bouleversé et il veut également faire référence à une catacombe, il relate sa remise en question du milieu universitaire, dans lequel il se trouvait. Puis il aborda les sciences médicales (psychosomatiques) alternatives, dont un pionnier fut Richard von Weizäcker. C’était une « vie non vécue ». (Ce qui renvoie au titre de la correspondance que nous évoquons). Puis il aborde l’importance de la rencontre patient-médecin, de la normalité et du pathologique où l’existence se divise (Stoffels évoque « eine Zerspaltenheit der Existenz »). Puis il évoque la question de la thérapie de ces maladies psychosomatiques qui parfois ne peuvent guérir. Il insiste « Ceux qui savent sont impuissants (Die Erkennenden sind ohnmächtig ». Enfin, il évoque la question du poète et de sa position sur le plan scientifique. Il se pose la question « s’il est possible de briser le rideau de fer entre la littérature et la science ».

Dans sa réponse en date du 27 mars 1971, Christa Wolf affirme que les questions évoquées la préoccupe depuis longtemps, en particulier la question de la maladie et de la souffrance. Les écrivains devraient avoir beaucoup de connaissances à ce sujet. Elle écrit que la seule chose qui l’intéresse pour écrire est que ceci peut être un instrument afin de mieux nous connaître . Elle affirme que c’est aussi l’objectif d’un médecin. Elle cite des extraits de la lettre de Hans Stoffels, notamment sur les «vies non vécues » et affirme que les arts et les sciences retrouvent ainsi des thématiques communes, ce qui est un facteur d’espérance. Puis Christa Wolf demande les références de quelques titres d’ouvrages de médecine relatifs aux maladies graves, ce qui l’intéresse particulièrement, avant de remercier son interlocuteur pour sa lettre.

Ces deux premières lettres sont le fondement d’une correspondance qui sera très ouverte et très personnelle en traitant divers questionnements.

Hans Stoffels a lu Christa T. comme une histoire psychosomatique et non politique, et c’est cette thèse psychosomatique qui a incité Hans Stoffels à écrire à l’auteur. Christa Wolf lui aurait confirmé plus tard son intêret pour les relations entre corps et esprit, qu’elle aurait eu depuis ses quatorze ans et, ultérieurement, Christa Wolf aurait eu le souhait d’étudier la psychologie.

3) Les diverses thématiques

Les différences entre l’Est et l’Ouest n’ont dans un premier temps, pas eu un rôle important dans l’échange. Stoffels a ressenti le caractère empathique de l’auteur et lui a envoyé des documents sur la psychosomatique ou des études cliniques. Il a aussi informé Christa Wolf qu’il assistait à un séminaire de Wilhelm Kütemeyer animé conjointement avec Reinhart Koselleck, historien, sur les camps de concentration. Par la suite, pour aborder cette thématique du nazisme, Christa Wolf a envoyé à Klaus Stoffels le livre de Fred Wander « Der Siebente Brunnen » ou a fait référence à des textes de Victor Klemperer sur l’analyse de la langue durant le nazisme.

Dans une carte postale du 30.09.1972, elle revient à cette thématique de la guerre et des camps.

Puis Christa Wolf évoqua son livre « Trame d’enfance », ainsi que son essai « Changement d’optique » et son exil à l’Ouest avec sa famille devant les troupes russes. C’est lors de cet exode qu’elle rencontra des personnes internées dans des camps.

Une correspondance mutuelle « thérapeutique » :

Cette correspondance est très ouverte. Christa Wolf y évoque ses rêves, ses préoccupations. La question de la responsabilité face à la maladie se pose et des relations entre les individus et la société.

La réflexion autour de « Christa T » s’amorce autour de la question de recherche d’identité. Et Christa Wolf a démontré que le métier d’écrivain était une manière de se retrouver soi-même, de définir sa propre identité et cela se retrouve dans cette correspondance.

Cet échange montre un intérêt mutuel pour les arts et la sciences, mais aussi un certain pessimisme à l’égard de cette dernière, concernant la considération de l’être humain de manière objective ou subjective.

Selon Christa Wolf, il relève du devoir de l’écrivain et du poète de s’intéresser à la vie et au vivant. Dans ce contexte, elle a écrit plusieurs textes sur la génétique et l’idéologie soviétique.

En RDA, on souhaitait une société meilleure, mais non pas par la psychothérapie. Cela n’était pas bien considéré si l’on abordait Freud. Dans la dernière lettre, Christa Wolf aborde un séjour aux USA, durant lequel son mari fut confronté au milieu hospitalier et elle constata que le patient n’est plus rien d’autre qu’un ensemble d’organes.

Il y aussi les thèmes des crises, un symptôme du temps, le fait d’éviter les crises. Ce thème se retrouve chez Christa Wolf, ainsi qu’en médecine psychosomatique. Ainsi le refoulé, ce qui n’est pas vécu, est un facteur décisif de la rémission des maladies.

Cette idée de conflit inconscient est présente dans les ouvrages de Christa Wolf. Ainsi, nous devons résoudre nos conflits personnellement.

Une correspondance singulière

Cet échange est unique, et dans les années 1980, il devient moins intense. Les deux protagonistes se sont également rencontré. La dernière lettre propose une rencontre. Invitée à la foire du livre de Francfort, qui a eu lieu en octobre 1974, Christa Wolf est venue à Heidelberg rendre visite à Hans Stoffels et à sa famille, sa fille Anna de deux ans. Gerhard Wolf a eu beaucoup de plaisir à jouer avec elle.

Ils discutèrent de l’ancrage institutionnel de ces thèses de psychosomatique en citant Alexandre Mitscherlich, Paul Vogel, Gutemayer. Ces perspectives n’existaient pas en RDA.

En 2010, Christa Wolf a été invitée à une lecture de « Ville des Anges » par Hans Stoffels dans sa clinique à Berlin. Hans Stoffels précise que dans ce roman, il y a trois époques, l’époque nazie, la RDA et l’époque de la post-réunification.

Il cite la question que se pose la narratrice dans « Ville des Anges » : Est-ce que le virus de la discrimination humaine va se propager? »

Puis, Hans Stoffels lit un extrait du roman, écrit à la troisième personne, qui décrit deux patients au sein d’une clinique. Ils font une promenade et discutent des émotions et du système idéologique de l’État. A la fin de la citation, la narratrice conseille de rester « raisonnable ».

1 Christa Wolf : « Die vielen ungelebten Leben ». Briefwechsel mit Hans Stoffels, in Sinn und Form, 6e Cahier, Académie des Arts de Berlin, novembre-décembre 2020, p. 725-743.

2 Voir le lien : https://www.youtube.com/watch?v=2m3nauNfqlY (consulté le 26.09.2022).

3 Op.cit.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Martine Schnell (27 septembre 2022). Entre sciences humaines et médecine : échanges sur la psychosomatique.. Carnet Christa et Gerhard Wolf. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vnt8


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search